0 4 minutes 3 mois

15 journalistes de 7 médias de Bukavu et une association des médias viennent d’être formés sur la manière d’informer en période pré et post-électorale dans les zones de conflit.

Cela fait partie de la restitution en cascade de la formation de l’Association des Journalistes Professionnels (AJP), visant à amener les rédactions à pratiquer un journalisme professionnel, responsable et sécurisé tout au long du processus électoral en cours.

Pendant deux jours, du 20 au 21 février 2024, ces journalistes ont d’abord évalué leur couverture des élections récentes en RDC. Au cours des discussions, ils ont relevé plusieurs faiblesses, contraintes et défis auxquels ils ont été confrontés, notamment le manque de ressources matérielles, financières et techniques au sein des organes de presse qui a entravé une couverture efficace.

Ils ont également souligné l’existence de militantisme de la part de certains journalistes, de pressions politiques et de difficultés d’accès aux sources d’information sur les questions électorales.

Ensuite, les formateurs Ernest Muhero et Ignace Bonane ont discuté avec les participants de l’éthique journalistique et du code de déontologie du journaliste dans la couverture des élections, ainsi que des moyens de lutter contre les fausses informations et la désinformation avant, pendant et après les élections.

Les facilitateurs ont également abordé les questions de sécurité physique et matérielle des journalistes, ainsi que les précautions à prendre lors de l’exercice du métier dans les zones de conflit.

“Nous avons couvert la période électorale, mais il y a eu des dérapages et des défis. C’est pourquoi, dès le premier jour, nous avons passé en revue les difficultés rencontrées pendant la période électorale à Bukavu. Nous avons constaté que le métier de journaliste n’a pas été exercé avec efficacité, car les journalistes n’ont pas été suffisamment formés sur le calendrier électoral et autres aspects. Nous avons fourni aux journalistes des outils pour contrer les fausses informations dans les zones de conflit”, déclare Ignace Bonane, l’un des formateurs.

Narcisse N’nazo, journaliste à Watoto News et participant à cet atelier de formation, est satisfait du contenu abordé pendant les deux jours.

“Je suis très satisfait. Cette formation a apporté des réponses à des questions importantes qui me tiennent à cœur, en particulier le module sur la lutte contre la désinformation. J’ai appris à distinguer la désinformation de la mésinformation et à les contrer. J’ai également découvert des stratégies et des outils modernes que les journalistes peuvent utiliser pour vérifier si une photo, un article ou un texte qui circule sur Internet est authentique par rapport au contexte qui lui est donné. C’est une façon de lutter contre les intox et les infox.” A-t-il indiqué.

Il convient de noter que cet atelier de formation a été organisé avec la participation de journalistes de Watoto News, Free média, Kivu5.Net, Bkinfo.Net, Radio Maria, RTA, labeur.info et des journalistes affiliés au réseau des journalistes amis de l’enfant (RJAE), section du Sud-Kivu.

A Bukavu, 4 autres restitutions de la formation “informer en période électorale en zone de conflit” sont en cours, à l’initiative de l’Association des journalistes professionnels en collaboration avec l’expertise des formateurs provinciaux formés par l’AJP et son partenaire, l’Association Congolaise des Femmes de la Presse Écrite (ACOFEPE).

Au total, 14 ateliers de restitution en cascade de cette formation sont prévus à Bukavu, Goma, Beni et Bunia, afin d’améliorer le niveau de professionnalisme des journalistes travaillant dans ces zones de conflit récurrentes.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.