0 3 minutes 2 mois

La RDC vient de franchir une étape significative dans la protection des jeunes filles démobilisées à la suite de leur association avec des groupes armés. Ceci, à travers la signature ce samedi 25 mai par le PDDRC-S, d’un Protocole de protection de ces jeunes, ex membres des groupes armés.

Ce protocole additionnel, élaboré après un atelier de deux jours à Goma, a été signé par le Coordonateur du Programme de désabonnement, démobilisation, relèvement communautaire et stabilisation (PDDRC-S) Jean Bosco Bahala, sur initiative de l’association des jeunes filles « Sauti yetu, maisha yetu », en attendant son entérinément par le comité de pilotage du P-DDRCS chapeauté par le chef de l’état Félix Tshisekedi.

Différentes parties prenantes et partenaires techniques ont travaillé pour élaborer ce protocole, qui vise à prendre en compte les besoins spécifiques des jeunes filles et garantir leur protection.

Le coordonnateur du Programme de PDDRC-S, l’abbé Jean Bosco Bahala, a souligné que les enfants victimes de la guerre ne doivent pas être soumis à la violence. Ce protocole vise à garantir leur protection, en particulier celle des jeunes filles sorties des groupes armés.

“Le protocole prend en compte les besoins spécifiques des filles touchées par les activités des groupes armés, notamment en matière d’insécurité, de santé et d’accès à l’éducation. Il s’agit d’un cadre normatif essentiel pour la protection des filles en RDC,” a-t-il indiqué.

Ce protocole est vu comme étant une avancée significative dans la protection des jeunes filles démobilisées en RDC. Remis entre les mains des autorités congolaises pour être entériné, il servira d’un outil de plaidoyer et de promotion des filles anciennement associés aux groupes armés, afin que leur avenir et leur bien-être soient garantis.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.