0 4 minutes 4 mois

L’école primaire Luhongya, située près du site des déplacés de Kimanga, a bénéficié d’un soutien crucial pour améliorer l’accès et le maintien des enfants déplacés à l’école, dans le cadre du projet d’urgence en éducation exécuté par l’organisation Action pour la Réhabilitation et Promotion Sociale (ARPS) avec l’appui financier de l’UNICEF sur fonds suédois.

Dans une interview avec Watoto News, Kilembwe Musafiri, Directeur de l’école, explique comment les fournitures, les matériels didactiques et les formations ont contribué à renforcer l’éducation dans cette école.

Selon Musafiri, les élèves ont tout d’abord reçu des kits classiques comprenant des cahiers, des sacs, des stylos, des crayons et des manuels. De plus, un programme de rattrapage de 12 jours a été mis en place, permettant aux enfants de combler leurs lacunes. Ici, les enfants recevaient des biscuits pour les soutenir pendant les cours.

L’impact des matériels didactiques sur l’apprentissage

Grâce à ce projet, l’école a également reçu divers matériels didactiques essentiels. Selon le directeur Musafiri, ces matériels didactiques ont eu un impact significatif sur l’apprentissage des enfants.

Ces outils didactiques concrets ont permis aux enfants de mieux comprendre et d’assimiler les leçons. Par exemple, le bouclier de comptage a rendu l’apprentissage des nombres plus concret et interactif. De même, la visualisation des provinces sur une carte a permis aux élèves de mieux comprendre la géographie de leur pays

“Les matériels nous ont aidés parce que d’abord, si vous dites à l’enfant de la première de faire le comptage de zéro jusqu’à 20, il a les bouchons de comptage. Il va le faire facilement en voyant et en touchant. Deuxièmement, une fois que vous expliquez aux enfants concernant le découpage de la RDC, les 26 nouvelles provinces comme nous avons cette visibilité, la carte, l’enseignant doit montrer à l’enfant comment ces provinces ont été découpées,” déclare-t-il.

Des défis persistants

Malgré les améliorations apportées par le projet, l’école primaire Luhongya fait face à de nombreux défis. Tout d’abord, les bâtiments de l’école ont été emportés par les eaux de la rivière Mutambala. Actuellement, l’école est hébergée dans des locaux temporaires, ce qui entraîne des coûts élevés de location.

Musafiri demande à l’UNICEF de les aider à construire leur propre bâtiment sur la parcelle qui leur a été octroyée par le village. Il souligne également la nécessité de fournir des fournitures scolaires aux enfants qui sont arrivés après la distribution initiale des kits.

De plus, celui-ci met en évidence le problème de l’abandon scolaire causé par le manque de nourriture.

“Les enfants abandonnent trop l’école et cela est causé par le manque de nourriture. Une fois que l’enfant passe la nuit sans manger, il ne peut pas avoir la force de venir à l’école le matin et laisse les études comme cela. Au commencement, on avait 415 élèves. Mais en ce moment-ci, nous avons 190 élèves présents. Vous voyez le nombre et l’écart des enfants qui ont abandonné,” explique-t-il.

En ce moment, l’école compte sur le soutien de l’UNICEF et d’autres partenaires pour répondre à ces besoins et garantir une éducation de qualité pour tous les enfants déplacés de ce village.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.