0 2 minutes 4 mois

Les conséquences de la guerre du M23 se font durement ressentir à Minova, où les écoliers et les élèves paient le prix fort. Alors que les hostilités se poursuivent entre les rebelles du M23 et les forces armées de la RDC, les enfants de la cité de Minova, située dans le territoire de Kalehe au Sud-Kivu, n’ont pas pu étudier ce lundi 05 février 2024.

Les familles déplacées à la suite de cette guerre, en provenance de Shasha, Bweremana, Kituva et Nyamubingwa, ont envahi les salles de classe, qui leur servent de logement en attendant une amélioration de la situation sécuritaire.

A en croire des sources locales, les détonations d’armes lourdes, perceptibles depuis le matin, ont empêché les parents de réveiller leurs enfants pour l’école.

“Nous sommes profondément inquiets. L’arrivée des déplacés en provenance de Shasha, Nyamubingwa, Bweremana et d’autres régions du territoire de Masisi a contraint les directeurs d’école à accueillir ces familles dans leurs locaux. Toutes les écoles sont désormais considérées comme des lieux de résidence pour ces familles. Avec les combats qui opposent les combattants wazalendo au M23 dans le Masisi depuis ce matin, nous ne pouvons pas envoyer nos enfants à l’école dans de telles conditions”, explique Bahati, un habitant de Minova.

Les organisations de la société civile de la place appellent le gouvernement national à déployer tous les efforts nécessaires pour mettre fin à cette guerre qui fait souffrir la population, en particulier les enfants, depuis de nombreuses années maintenant.

Ces acteurs s’inquiètent également de la situation sanitaire et humanitaire, en raison de l’afflux massif de déplacés dans cette partie de la chefferie de Buhavu.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.