0 2 minutes 8 mois

La Société Civile du groupement Bambo, chefferie de Bwito, en territoire de Rutshuru au Nord-Kivu, alerte sur la précarité dans laquelle vivent des déplacés, en particulier les enfants, qui ont fui la guerre ces deux dernières semaines dans les villages du Groupement Tongo.

Dans un entretien avec Watoto News ce lundi 16 octobre, Thierry Abisi, président de la Société Civile de Bambo, évoque le manque de l’eau propre à la consommation et la nourriture pour ces enfants et leurs parents.

Celui-ci craint l’apparition des maladies de mains sales, mais également des cas de malnutrition pour les enfants.

La Société Civile appelle à l’implication urgente des organisations humanitaires, mais aussi du Gouvernement congolais.

Depuis qu’ils sont arrivées à Bambo, ils n’ont rien reçu comme assistance. Ils ont difficile à trouver ni à manger ni à boire. Les enfants sont en risque d’être affectés par les cas de la malnutrition. Nous sommes entrain d’inviter la communauté humanitaire qui intervient dans la chefferie de Bwito de faire ce qui est possible pour sauver la vie de ces familles du groupement Tongo” indique-t-il.

Signalons que ces enfants et leurs parents sont cantonnés à L’EP Bugina, l’institut 2 Kabizo et d’autres établissements scolaires de Bambo.

Ils ont fui la guerre depuis les deux dernières semaines dans les villages de Marangara, Busenene, Kisangani et d’autres villages du groupement Tongo.

A ces déplacés, s’ajoutent aussi ceux venus de Lubwe sud et nord, qui n’ont jamais été assistés, selon la Société Civile.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.