0 3 minutes 4 mois

L’UNICEF déplore l’explosion d’une bombe qui a coûté la vie à des civils, dont des enfants, dans un camp de personnes déplacées dénommé Zaina, en périphérie de la ville de Sake, dans la province du Nord-Kivu.

Selon le fonds onusien, plusieurs décès, dont ceux d’enfants, ont été signalés lors de cet incident, et de nombreuses personnes ont été blessées.

Dans un communiqué, Grant Leaity, représentant de l’UNICEF en RDC, a exprimé son indignation face à cette terrible tragédie.

“Il est inconcevable que des familles ayant fui la violence soient tuées et blessées dans un endroit qui était censé leur offrir sécurité et protection. Nous appelons toutes les parties impliquées dans le conflit à protéger la vie des civils innocents, en particulier celle des enfants.” a-t-il déclaré.

Les combats ont connu une intensification ces derniers mois dans l’est de la RDC, entraînant des déplacements massifs de population et une augmentation des besoins humanitaires. La violence dans la région de Masisi a notamment conduit à un afflux de personnes à Sake.

Selon l’UNICEF, le nombre de nouveaux déplacés dans la province du Nord-Kivu en janvier 2024 est supérieur à celui enregistré en janvier 2023, qui avait déjà atteint un record. À l’heure actuelle, on compte 1,1 million de personnes déplacées dans le Nord-Kivu, contre 591 000 en août 2023.

Face à cette crise humanitaire, l’UNICEF s’engage à répondre aux besoins des personnes déplacées et des communautés d’accueil dans l’est de la RDC, en mettant l’accent sur la protection de l’enfance, la santé, l’éducation et la sécurité.

Grant Leaity a exhorté le gouvernement à prendre des mesures pour traduire les responsables de ces actes de violence en justice et de garantir la sécurité des civils, en particulier les enfants.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.