0 2 minutes 4 mois

Les autorités et les humanitaires sont appelés à investir dans la redynamisation des structures communautaires d’encadrement des enfants et des jeunes du camp de déplacés de Lusenda, dans le territoire de Fizi au Sud-Kivu, afin de les protéger contre les antivaleurs et autres dangers.

Un appel du Réseau communautaire pour la protection de l’enfance (RECOPE), qui dit avoir observé un dysfonctionnement des crèches, des espaces amis d’enfants (EAE) et des centres jeunes dans ce camp , depuis plusieurs années maintenant.

Selon cette structure, les crèches qui accueillaient les enfants en âge préscolaire ne fonctionnent plus par manque de financement. Même situation pour les espaces amis d’enfants (EAE) que les écoliers fréquentaient pour leur loisir, la créativité, la récréative et la découverte à travers le cinéma.

Ces derniers temps, certains écoliers, par manque d’encadrement, se livrent à la pêche au lac Tanganyika et dans les rivières environnantes. Des activités qui ne sont pas sans risques, notamment le noyade ou les attaques des crocodiles.

Certains jeunes également, se livrent à l’alcoolisme et à d’autres activités subversives comme la consommation du chanvre, déplore cette structure qui appelle les organisations humanitaires à se mobiliser pour la cause des enfants et jeunes.

Notons que le camp de Lusenda est subdivisé en 5 sites, dont Lulinda, Lusenda, Katungulu 1, 2 et 3. Chaque site comprend une crèche, un EAE et un centre des jeunes. Mais ces structures communautaires restent fermées par manque d’appui.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.