0 3 minutes 6 mois

Plusieurs enfants déplacés de la guerre du M23 se sont lancés dans le petit commerce, faute d’encadrement, dans différents camps de déplacés de la ville de Goma au Nord-Kivu.

Que ce soit au site de Don Bosco, Bulengo ou Kanyaruhinya, ces enfants disent vouloir survivre à la vie difficile dans ces camps, où les déplacés passent souvent plusieurs jours sans assistance.

Je n’ai pas d’uniforme, de cahiers ou de frais pour aller à l’école. Et les centres qui nous en encadraient dans le camp ne sont plus opérationnels. Je n’ai pas de choix que ces vendre des beignets pour avoir 500 FC ou plus à manger,” déclare Kasoki, 13 ans, enfant déplacée au site de Bulengo.

Faute de moyens de faire le petit commerce, d’autres enfants se lancent dans le ramassage des métaux, et d’autres dans le vagabondage. Une situation qui compromet de plus en plus leur avenir.

“Ma mère m’a demandé de commencer à me débrouiller parce que nous n’avons plus de moyens de survivre. Je ramasse des métaux , et si je vends , on trouve à manger parce que nous n’avons pas d’autre source de revenu et les assistances n’arrivent pas tous les jours,” confie Moïse, 16 ans, enfant déplacé.

Nombreux de ces enfants de 10 à 15 ans, viennent des territoires e’de Rutshuru et Masisi, où les affrontements se poursuivent entre l’armée et les rebelles du M23, et d’autres groupes armés, depuis plus de 2 ans maintenant.

Pour des acteurs sociaux, il est plus qu’urgent que les autorités s’activent pour le rétablissement de la paix dans ces zones. Mais avant, ces derniers demandent que des centres scolaires soient installés dans ces camps, pour permettre à ces enfants de poursuivre leurs études malgré leur situation de déplacement.

Ces acteurs plaident également auprès du Gouvernement et des humanitaires de penser à des programmes d’autonomisation, notamment des femmes déplacées, au lieu des assistances ponctuelles, afin de mettre fin à la précarité qui sévit dans ces camps.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.