0 4 minutes 4 mois

Plus de 3.300 jeunes adolescents vulnérables ont ete encadrés à travers des formations professionnelles en métiers, dans le cadre du projet de résilience en éducation formelle et non formelle, exécuté au Sud-Kivu avec l’appui de l’UNICEF.

Cette précision a été donnée ce lundi 15 janvier lors d’une cérémonie d’échange des voeux, organisée en faveur de différents acteurs, partenaires et formateurs, intervenants dans ce projet.

Léon Musagi, lead du projet de résilience en éducation formelle et non formelle au Sud-Kivu, affirme que 3.348 jeunes et adolescents vulnérables ont été formés dans plusieurs filières sur 1.200 prévus dans le projet. Ce qui constitue un dépassement de 279 % de réalisations.

Celui-ci a remercié le partenaire UNICEF pour son appui, et salué le travail de différents animateurs, formateurs et agents de terrain, qui ont contribué à cette grande réussite.

De sa part, Emmanuel Tshibangu, Chargé de l’Education à l’UNICEF au Sud-Kivu, a salué le travail de tous les partenaires étatiques, ONG et plusieurs autres structures et personnalités, qui militent pour l’avancement de ce projet.

Nous avons voulu partager ces vœux avec tous les partenaires qui accompagnent ce projet. Nous avons des partenaires étatiques comme la direction de l’EPST, la division de la formation professionnelle et métiers, celle des affaires sociales et la jeunesse. Nous ne pouvons que les encourager. Nous avons aussi des partenaires des organisations, notamment le RJAE, qui ne manque pas d’accompagner ces jeunes pour faire entendre leurs voix, et plusieurs autres partenaires,” a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : “Nous sommes satisfaits parce que les résultats se font voir sur terrain, auprès des communautés qui nous donnent leurs bons témoignages, et du changement qu’ils observent avec ces jeunes qui sont formés, qui sont menant une main d’oeuvre, et sont entrain de transformer leurs communautés,” confie Emmanuel Tshibangu.

Cet échange de vœux est l’occasion de plaider auprès du partenaire technique et financier, UNICEF, afin que le projet se poursuive même après cette année, déclare Charles Kisolwa, membre de la Coordination du projet au Sud-Kivu. Car selon lui, jusqu’ici, seulement 3% des enfants en dehors du circuit scolaire ont été encadrés.

Nous avons dépassé les résultats attendus. C’est pourquoi nous avons voulu nous réunir pour évaluer ensemble avec tous les partenaires, voir comment on peut faire un plaidoyer encore au près du partenaire, dans le cadre de la coopération de RDC UNICEF, pour essayer encore de prolonger le projet, parce que le besoin est encore énorme,” a-t-il expliqué.

Gerome Mukamba, intervenant dans ce projet, appelle ses collègues à l’assiduité pour des grandes réalisations au cours de cette année.

Je souhaite à tous les collaborateurs une année de santé, de prospérité. Que cette année soit caractérisée par le courage et la détermination, pour que notre projet continue de progresser sur tous les plans,” souhaite à son tour Faustine Musimwa, Superviseure technique dans le projet de résilience.

Notons que cet échange de vœux s’est clôturé par le partage d’un verre et d’un repas entre tous les participants, dans une ambiance conviviale.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.