0 3 minutes 5 mois

Parmi nombreux jeunes et adolescents vulnérables encadrés dans les centres d’apprentissage des métiers par la Direction provinciale de l’EPST, Hubert Furuguta, 14 ans, nourrit l’espoir d’un meilleur avenir grâce à travers la menuiserie.

Les moyens financiers ne lui ont pas permis de faire un cursus scolaire normal comme tout enfant de son âge. Un coup de chance, celui-ci vient d’intégrer la menuiserie.

«Je passais toutes mes journées à la maison sans rien faire, à déambuler dans le quartier et parfois faire des bagarres. Ma mère n’avait pas de moyens pour m’envoyer à l’école,» nous confie Hubert sur sa vie d’il y a un peu plus de trois mois seulement.

A travers le projet de résilience en éducation non formelle, Hubert a eu la chance d’être retenu parmi les bénéficiaires. Il se sens aujourd’hui fier de tous les avantages qu’il en tire.

«Une fois les mobilisateurs passaient dans mon quartier pour enregistrer les jeunes qui n’allaient pas à l’école et qui étaient dans une situation de vulnérabilité comme moi, ma mère m’a inscrit et heureusement j’ai été retenu. Ça fait déjà trois mois que je participe à cette formation de menuiserie, et je connais déjà fabriquer une chaise, un tabouret, une armoire et tout ce qui me reste de connaitre c’est fabriquer un lit » ajoute Hubert

Ce jeune adolescent voit sa vie changer dans un proche avenir, et celle de sa famille. Non seulement financièrement mais aussi sur le plan social.

« Quand je fabrique un tabouret et que j’arrive à le ventre, notre formateur divise la somme en deux. Il garde la moitié pour nous acheter d’autres matériels et me donne l’autre moitié que je peux remettre à ma mère à la maison pour combler certains besoins. Vraiment à travers cette formation je vois déjà un changement dans ma vie. D’abord je suis maintenant occupé, je ne passe plus mon temps à me bagarrer au quartier parce que quand je rentre le soir je me mets à réviser et déjà j’arrive à gagner quelque chose en termes d’argent alors que je n’ai que trois moi,» déclare-t-il.

Hubert remercie l”UNICEF et l’EPST, grâce à ce projet de résilience qui fait de lui un bénéficiaire, aujourd’hui il sait déjà qu’il ne sera plus qu’utile dans la société et dans sa famille.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.