0 3 minutes 5 mois

Depuis quelques jours, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi n’a cessé de promettre l’extension de la gratuité de l’enseignement au niveau du secondaire, s’il est élu à la présidentielle de décembre prochain.

Cependant, d’aucuns ne cessent de s’interroger s’ils s’agit d’une simple promesse de campagne, ou d’une réelle volonté de permettre aux milliers d’enfants issus des familles vulnérables de poursuivre leurs études, en vue de l’obtention du diplôme d’État.

Depuis 2019, la gratuité de l’enseignement est effective au sein des écoles primaires publiques et conventionnées en RDC. En effet, même s’il s’agit d’une gratuité consacrée par la constitution, elle n’avais jamais été mise en œuvre depuis 2006.

A la suite de l’élection d’un nouveau Président en 2019, Félix Tshisekedi a donc priorisé l’application de cette mesure. Aux premiers mois, cette gratuité avait été appliquée même au niveau du secondaire, avant d’être annulée par la perception de la prime, pour permettre la prise en charge des enseignants non payés par le gouvernement.

L’application de la gratuité au primaire n’a pas non plus été facile. Des enseignants ont maintes fois observé des mouvements de grève pour exiger l’amélioration de leurs conditions.

Mais face à la détermination du gouvernement congolais, les enseignants ont continué d’être progressivement pris en charge. Les frais de fonctionnement des écoles sont aussi payés, ainsi que les frais des examens de fin d’études primaires.

Certains observateurs estiment qu’avec une détermination ferme, le Gouvernement peut également arriver à faire asseoir la gratuité au niveau du secondaire.

La plupart des enseignants sont déjà payé au secondaire aussi. Il ne restera que la prise en charge des frais de fonctionnement des écoles pour que la gratuité soit effective. Il y aura certes beaucoup de revendications supplémentaires comme on l’a vu avec la gratuité au primaire. Mais avec juste de la volonté, le Gouvernement arrivera à calmer les tensions. C’est une mesure salutaire pour de nombreux parents qui n’arrivent pas aujourd’hui à continuer à payer les frais de leurs enfants après l’école primaire,” affirme un enseignant.

Notons que les cinq dernières années, le Gouvernement congolais a fourni davantage d’efforts en augmentant le budget alloué au secteur de l’éducation pour soutenir particulièrement la mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement primaire. Le budget alloué à l’Education est notamment passé de 9,1% en 2021 à 23,9% en 2022.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.