0 4 minutes 7 mois

Des parents du camp des déplacés de Bulengo, en périphérie de la ville de Goma au Nord-Kivu, disent peiner pour trouver de quoi manger pour leurs enfants. Ces déplacés qui ne vivent que de l’assistance humanitaire, affirment que depuis quelques jours, ils ne reçoivent que de la farine de blé, au lieu de la farine de maïs.

Une situation qui provoque déjà des maladies chez certains enfants, alors que d’autres passent la journée ou la nuit sans rien mettre sous la dent.

Des enfants au camp de Bulengo © Watoto News

Nous mangeons la farine alors que nous ne sommes pas habitués à ça. Et ça provoque la diarrhée. Et parfois nous passons la journée sans rien manger,” déclare Raissa Kamana, 12 ans, rencontrée au site de Bulengo.

Dans un entretien avec Watoto News, plusieurs parents indiquent que la farine de maïs les aidait beaucoup, en faisant la bouillie, ou la patte.

Mwamini Byeragi, mère de 6 enfans, originaire de Rutshuru, explique qu’à part l’assistance du PAM, elle n’a pas de moyens de nourrir seule ses enfants.

Nous n’avons pas de travail pour trouver à manger à part l’assistance. Nous mangeons très mal. Parce qu’avant on nous donnait de la farine de maïs. Mais menant on nous donne la farine de blé, alors que nous ne sommes pas habitués à ça. Nous dormons ventre creux alors que nous avons de la farine,” fustige-t-elle.

Situé à une dizaine de kilomètres à l’Ouest de la ville de Goma, le camp de déplacés de Bulengo accueille environ 50.000 déplacés ayant fui les affrontements entre FARDC et M23 en territoires de Rutshuru et Masisi au Nord-Kivu. Plus de la moitié sont des femmes et des enfants.

Françoise Musafiri, mère de 4 enfants, est déplacée originaire de Rutshuru. Elle affirme que ses enfants commencent à tomber malades, alors qu’ils n’ont pas non plus accès aux soins de qualité.

On nous amène une nourriture qui ne nous sert pas. La farine de blé, nous ne sommes pas habitués à ça. Les enfants commencent à avoir des diarrhées à cause de la mauvaise préparation de cette farine,” explique-t-elle.

Et d’ajouter : “Nos enfants tombent malades, nous allons à l’hôpital mais on ne nous donne que quelques médicaments faute de moyens financiers. C’est pourquoi on guérit difficilement“.

Des enfants au camp de Bulengo © Watoto News

Cette farine a été dotée à ces déplacés par le Programme Alimentaire Mondial (PAM). Des sources au sein de cette agence onusienne affirment que ce changement, de la farine de maïs à celle du blé, serait lié au fait que certains déplacés vendaient facilement la farine de maïs qui leur était remise.

Certaines études du PAM auraient également montré que la majorité des bénéficiaires apprécieraient la nouvelle farine dans certains coins de la RDC, car elle contient plus de protéines, et qu’ils étaient en mesure de l’utiliser plus largement, que la farine de maïs.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.