0 3 minutes 7 mois

Le Gouvernement congolais est appelé à investir dans la santé mentale des adolescents, afin de leur garantir un soutien et une meilleure prise en charge.

Propos de Rodriguez Mapinga, psychologue, qui indique qu’à l’échelle mondiale, 13% des adolescents souffrent de troubles mentaux.

Dans un entretien avec Watoto News ce dimanche 29 octobre à Beni au Nord-Kivu, celui-ci affirme qu’un sur sept jeunes âgés de 10 à 19 ans souffre de troubles mentaux. Ce qui selon lui, met en lumière l’ampleur du problème des troubles mentaux chez les adolescents.

“La dépression, l’anxiété et les troubles du comportement figurent parmi les principales causes de morbidité et d’invalidité chez les adolescents. Ces affections peuvent avoir des conséquences dévastatrices sur la vie des jeunes, tant sur le plan physique que mental. Elles peuvent entraver leur développement, leur scolarité et leurs relations sociales,” a déclaré Rodriguez Mapinga.

Celui-ci indique que le suicide est la quatrième cause de mortalité chez les jeunes âgés de 15 à 19 ans. Il souligne l’urgence de prendre des mesures pour prévenir les suicides et fournir un soutien adéquat aux adolescents en détresse.

Il est essentiel que les troubles mentaux des adolescents soient pris en charge de manière appropriée. Lorsqu’ils ne sont pas traités, les conséquences peuvent se faire sentir jusqu’à l’âge adulte, compromettant ainsi la santé physique et mentale à long terme. Cela peut également limiter les possibilités de mener une vie épanouissante à l’âge adulte,” a-t-il déclaré.

Ce spécialiste insiste qu’il est nécessaire de sensibiliser davantage le public et les professionnels de la santé à l’importance de dépister et de traiter les troubles mentaux chez les adolescents.

Pour lui, il est également crucial que le Gouvernement mette en place des programmes de prévention et de soutien adaptés pour aider les jeunes à faire face à leurs problèmes de santé mentale.

“En investissant dans la santé mentale des adolescents, nous pouvons contribuer à briser le cycle de la souffrance et de l’invalidité, et permettre aux jeunes de réaliser leur plein potentiel,” suggere-t-il.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.