0 3 minutes 4 mois

Dans le cadre des célébrations de la Journée internationale des droits de la femme, des élèves de l’institut Bukumbi, situé dans le territoire d’Idjwi au Sud-Kivu, ont été réunis pour assister à une conférence-débat et participer à un concours de génie en herbe, organisés par les responsables de l’école, dans le but de développer leur esprit scientifique.

Didier Bora Muliri, préfet des études de l’école, dit avoir saisi cette opportunité pour rassembler les élèves et discuter des droits des femmes.

Pour lui, ces élèves sont des acteurs clés qui occuperont des postes de décision dans les prochains jours en RDC, et ils doivent être conscientisés dès le bas âge.

Cette journée a également été l’occasion de clôturer le championnat scolaire de génie en herbe.

Au cours de ces échanges, les conférenciers ont informé les élèves sur l’origine de la date du 8 mars, considérée comme la Journée internationale des droits des femmes, ainsi que sur les obstacles et la situation des femmes dans la coutume Havu.

En ce qui concerne les matchs de génie en herbe, les élèves de la première année de la section commerciale informatique ont affronté ceux de la deuxième année. La deuxième année de la section commerciale informatique a remporté la victoire.

En finale, les élèves de la huitième année de l’éducation de base ont été opposés à ceux de la troisième année de la section commerciale informatique. De manière surprenante, les élèves de la huitième année ont battu ceux de la troisième année commerciale.

Notons que l’institut Bukumbi est une école conventionnée protestante gérée par la Communauté Baptiste au Centre de l’Afrique (CBCA). Situé dans la cité de Bugarula, en chefferie Rubenga, l’institut Bukumbi compte trois sections : la section commerciale informatique, la section sociale et la section vétérinaire.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.