0 3 minutes 5 mois

Les élèves des écoles de la ville de Baraka, sous-division Fizi 2, dans la province éducationnelle du Sud-Kivu 2, ont repris de façon timide le chemin de l’école ce lundi 08 janvier 2024 après la période de fêtes de Noël et Nouvel an.

Selon le constat d’un correspondant de Watoto News, un faible effectif d’élèves est visible dans différentes écoles de la place.

C’est notamment l’Institut Mwenge wa Taifa, le CS La Fortune, l’Institut Baraka, l’Institut M’Shimbakyé et plusieurs autres qui n’ont reçu que près de la moitié des élèves.

Certaines classes de 50 élèves, se sont retrouvées avec 30 élèves présents, et d’autres environ 10 seulement. Des responsables estiment que cette timidité est liée faux communiqué ayant circulé sur les réseaux sociaux, renvoyant la rentrée au 15 janvier, bien que le Ministre de l’EPST ait rassuré que la rentrée est maintenue pour ce lundi.

Le grand problème de cette timidité c’est les parents car, ils ont inculqué leurs enfants la rumeur que la rentrée est reportée au 15 janvier. Et même après l’assurance du Ministre, ils n’ont pas pris l’initiative de les pousser vers le chemin de l’école. Nous pensons qu’à partir de demain, quand ils vont entendre que nous avons étudié toutes les heures, ils répondront présents,» declare Alfred Wilondja Tundula, chef d’établissement du complexe scolaire La Fortune.

Quelques élèves rencontrés en cours de route sans tenue scolaire, confirment avoir resté à la maison suite à cette rumeur.

«Nous avons été informés par nos parents et d’autres personnes que les cours reprendront le 15 janvier au lieu du 08 janvier. Comme moi, mon Père a lu le faux communiqué du ministre dans un groupe WhatsApp. J’ai été étonné de voir mes camarades avec les uniformes entrain de sortir de l’école. Demain je serai aussi à l’école,» nous dit Stéphane Shabani, élève du complexe scolaire de l’Espérance.

Signalons que cette reprise a également concerné les écoles qui fonctionnent l’après-midi. Jusqu’à 14h 30, certaines écoles se sont retrouvées avec seulement le quart de leurs effectifs.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.