0 2 minutes 7 mois

Au moins 12 enfants déplacés sont déjà décédés depuis les récents mouvements des populations il y a plus de trois semaines, à la suite des affrontements entre groupes armés, selon la Société Civile.

C’est dans la localité de Kinyandonyi, en groupement Bukoma, ainsi que celles de Bunyereza et Shinda en groupement Busanza, chefferie de Bwisha en territoire de Rutshuru.

Ces chiffres sont livrés à Watoto News ce mercredi 8 novembre 2023, par la Nouvelle Société Civile, noyau de la commune de Rutshuru.

Elias Bizimungu Lwaramba, président de cette structure, attribue ces cas de décès aux conditions humanitaires déplorables, que traversent des dizaines des familles qui avaient fui jusqu’à Kiwanja.

Selon lui, il y a eu 16 déplacés morts, parmi eux 12 enfants, principalement à cause de la famine, des maladies de mains sales et autres.

Les victimes sont plus des enfants, nombreux sont exposés aux maladies de mains sales, de la peau, la malnutrition aiguë et autres. La situation est catastrophique” indique-t-il.

Cet acteur de la société civile invite le gouvernement congolais ainsi que les organisations humanitaires, à tout mettre en œuvre pour sauver la vie de ces personnes déplacées.

Pour lui, l’incertitude sécuritaire freine nombreux habitants des villages des groupements Bukoma et Busanza, à regagner leurs milieux d’origine.

Notons que plusieurs autres ménages qui sont venus des villages des groupements Tongo et Bambo dans la chefferie de Bwito, sont à Kiwanja, fuyant les affrontements entre M23 et groupes armés locaux.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.