0 3 minutes 7 mois

La pénurie d’eau continue d’entraîner des conséquences incalculables sur la vie des habitants de la ville de Bukavu au Sud-Kivu. Ce vendredi 13 octobre, deux fillettes de moins de 12 ans, à la recherche de l’eau à Bagira, ont été violées par un homme.

A en croire des cadres de base de la place, les deux enfants victimes de ce viol, étaient parties à la recherche de l’eau à la rivière Mulerha.

C’est ici que ces dernières ont rencontré leur bourreau, qui les a amené chez lui et les aurait violées, selon un témoignage de l’une de ces enfants victimes.

Ma mère m’a envoyé puiser de l’eau à la rivière Mulerha dans la matinée. Il n’y a actuellement pas d’eau dans les robinets proches du quartier depuis une semaine. Quand je suis arrivé à ce cours d’eau, j’ai vu un homme habillé en jacket. C’est lui qui nous a forcé à faire ces choses qu’on ne sait pas” témoigné l’une des enfants victimes.

Cette situation est grave et devrait interpeller décideurs et citoyens. Le Réseau des journalistes amis de l’enfant (RJAE) condamne cet acte et rappelle que l’article 170 de la loi n° 09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant, stipule que le viol d’enfant est puni de 7 à 20 ans de servitude pénale principale. La même peine est prévue par Loi n° 06/018 du 20 juillet 2006 modifiant et complétant le Décret du 30 janvier 1940 portant Code pénal congolais.

Il sied de noter que la pénurie d’eau dans plusieurs coins de Bukavu est à la base de plusieurs cas de noyade des enfants qui partent à la recherche de l’eau au lac Kivu, ou à la rivière Ruzizi. Cette même pénurie d’eau exposé également les filles et femme au viol quand elles se lèvent tôt pour aller trouver cette denrée essentielle pour la vie.

Aux dernières nouvelles, Watoto News apprend que le présumé auteur de cet acte serait appréhendé, et d’aucuns sont unanimes que si les médecins confirment le témoignage des enfants au sujet de ce viol, celui ci devra subir la rigueur de la loi.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.