0 3 minutes 9 mois

L’élève Fabrice Byenda de 3ème HP à l’institut Bushushu, en territoire de Kalehe au Sud-Kivu, n’est pas sûr de finir cette année scolaire, par manque de frais scolaires.

Dans un entretien avec Watoto News, celui-ci affirme qu’il était déjà content quand l’école a repris, 4 mois après la récente catastrophe naturelle dans laquelle il a perdu ses parents.

Celui-ci s’inquiète déjà sur la prise en charge de ses frais scolaires, n’ayant plus personne pour le soutenir.

«J’étais déjà content du fait que je sois à l’école. Ici nous sommes bien encadrés par les enseignants qui sont toujours réguliers. Mais je me demande comment ça va se passer quand il sera maintenant le moment de payer les frais scolaires. Je suis orphelin depuis le jour de l’inondation, mes parents sont tous mort et je n’ai plus personne pour me pendre en charge. Je n’ai personne pour payer mes frais. Donc quand cela va arriver je risque d’abandonner les études” confie cet élève.

Le cas de Fabrice n’est pas isolé. Plusieurs autres élèves dans cette entité ont perdu leurs parents dans la récente catastrophe naturelle, et ne savent plus à quel Saint se vouer.

Celui-ci lance un cri d’alarme aux autorités et aux personnes de bonne volonté.

«Je demande aux autorités d’intervenir en notre faveur. Qu’ils prennent en considération la situation que nous traversons et qu’ils nous aident pour le problème des frais scolaires. Parce que je ne suis pas seul, il y a plusieurs de mes collègues qui ont aussi perdu leurs parents,» affirme-t-il.

Signalons que la catastrophe survenue à Bushushu et Nyamukubi le 4 mai dernier, a tout emporté sur son passage. En plus des écoles emportées par les inondations, des milliers d’enfants ont perdu leurs parents.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.