0 3 minutes 10 mois

«Depuis que les enfants mangent ici à l’école, nous n’avons pas eu assez d’abandons». C’est ce qu’affirme Jacques Jambe, Directeur de l’école primaire de Runingu, dans la plaine de la Ruzizi, territoire d’Uvira au Sud-Kivu.

Lors de la visite d’une délégation de la BMZ le 28 septembre dernier, le responsable de cette école a affirmé que le projet de cantines scolaires, qui est exécuté par le PAM, a fortement contribué à la rétention des enfants à l’école.

En 2020, environ 60 élèves ont abandonné l’école. En 2021, nous avons enregistré 54 abandons. Mais au cours de l’année 2022, grâce à ce projet, nous n’avons eu que 14 abandons. Et c’est sont ceux qui ont déménagés avec leurs parents. Cette initiative de la cantine scolaire a favorisé non seulement la rétention des enfants mais aussi facilité de bonnes conditions d’assimilation de la matière par les élèves, et amélioré la qualité de la nutrition,» a déclaré Jambe Jacques, lors des échanges avec la délégation.

Pendant la visite, la délégation a rencontré des enfants qui prennent leurs repas dans leurs salles de classes, comme cela se fait chaque jour.

«Chaque jour à 10 heures, nous prenons un repas. J’aime quand on mange parce que ça m’aide à me concentrer. Et arrivée à la maison je n’ai plus faim pour déranger les parents. Même quand ils sont allés au champ j’arrive à tenir jusqu’à leur retour,» confie à Watoto News, Lantema Furaha, une élève de 6ème primaire à l’EP Runingu.

Notons que la délégation a visité plusieurs sites pour se rendre compte de l’avancement du projet de renforcement de la résilience communautaire, exécuté conjointement par l’UNICEF, PAM et FAO. Un projet que les bailleurs de fonds du gouvernement allemand et KFW ont considéré comme une réussite, à travers le changement observé dans la vie des populations locales.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.