0 4 minutes 11 mois

Le Programme Élargi de Vaccination (PEV), en collaboration avec le Réseau des Journalistes Amis de l’Enfant (RJAE) et l’ONG PATH, viennent de former 40 acteurs de médias, sur la problématique des enfants zéro dose et sous-vaccinés en RDC.

C’était au cours d’un atelier tenu ce mardi 29 août 2023 à l’hôtel Horizon, dans la ville de Bukavu au Sud-Kivu.

Cette formation qui a ciblé des journalistes professionnels, ainsi que des enfants journalistes (RJAE Juniors) et des enfants reporters de l’UNICEF, visait à impliquer ces derniers dans les efforts de récupération des milliers de cas d’enfants qui ratent le vaccin chaque année.

Au cours de cette séance, Dr Joseph Assumani, Coordonnateur provincial du PEV au Sud-Kivu, a indiqué que plusieurs circonstances font que certains enfants ne puissent bénéficier de la vaccination, comme prévu par le calendrier vaccinal.

“Certains enfants ne sont pas disponibles lors de la période de vaccination. Dans d’autres coins, ce sont les services de vaccination qui ne sont pas accessibles. Ou soit carrément, c’est le vaccin qui n’a pas été disponible. Mais nous travaillons pour minimiser ces causes, pour que les vaccins et toutes les informations arrivent aux parents, et que tous les enfants soient vaccinés” a-t-il déclaré.

Le Coordonnateur provincial du PEV appelle les journalistes à sensibiliser la population sur les avantages de la vaccination, afin de lutter contre toutes les maladies évitables par la vaccination.

L’autre intervenant, Égide Kitumaini, Secrétaire provincial de l’UNPC au Sud-Kivu, est revenu sur le choix et le développement des sujets d’information sur les questions de vaccinations. Il a également initié les journalistes à la production des reportages, émissions et messages de sensibilisation sur la vaccination de routine.

Dans son intervention, Ernest Muhero, Coordonnateur provincial du RJAE au Sud-Kivu, a abordé des notions sur la communication pour le développement, autour des questions liées à la vaccination.

L’objectif, selon lui, est de mieux communiquer en partant de l’analyse de la situation, la définition d’une stratégie de communication qui diversifie les canaux, et des approches de communication avec un focus sur la participation et appropriation du problème par la cible de la campagne de vaccination.

Peu importe la qualité ou l’efficacité des services fournis par les partenaires, si le comportement des parents n’évolue pas, les enfants peuvent continuer à ne pas bénéficier de leur droit aux vaccins. C’est pourquoi la C4D insiste sur la participation des personnes concernées, en vue de leur appropriation” insiste Ernest Muhero.

Yves Ndjadi, responsable de la Communication à PATH-RDC, dit être réjoui que son organisation ait contribué à la création d’un lien de collaboration entre les journalistes travaillant au Sud-Kivu et le PEV.

Selon lui, après cette formation, une descente sur terrain est prévue dans des sites de vaccination au sein des zones de santé de la ville de Bukavu, afin de leur permettre de rencontrer des experts, les bénéficiaires de la vaccination et autres, en vue de réaliser des reportages, émissions et magazines sur la vaccination de routine.

Les organisateurs comptent également mettre en place un réseau de journalistes, qui continuera à travailler sur des questions liées à la vaccination.

Auteur/autrice