0 2 minutes 9 mois

Les enfants déplacés des villages Kinyandonyi et Ngwenda dans le groupement Bukoma, traversent une vie de misère depuis plus d’une semaine à Kiwanja, la plus grande agglomération du territoire de Rutshuru au Nord Kivu.

Ces enfants accompagnés de leurs parents se sont déplacés suite aux combats en répétition entre les groupes armés locaux dits Wazalendo et les rebelles du M23.

Nombreux d’entre eux sont cantonnés dans les enceintes des églises et d’autres ont été accueillis dans des familles d’accueil à Kiwanja et les entités environnantes.

Leurs parents alertent sur le danger que courent leurs enfants. Il s’agit notamment des risques d’être attrapés par le paludisme, la maladie des mains sales, ou encore la malnutrition.

Nos enfants manquent de quoi manger. Nous avons fui tard vers 23 heures, il était difficile pour nous d’apporter même des couvertures. A Kiwanja où nous sommes, les moustiques nous piquent donc nous sommes en risque d’attraper le paludisme,” s’inquiète une femme déplacée de Ngwenda.

Un autre père de famille parle d’une difficulté pour trouver de quoi manger. Il regrette le fait que depuis qu’ils se sont déplacés, aucune organisation n’a pensé à eux.

Pour manger, il faut que nous puissions faire un recours chez nos voisins. Et ils n’ont pas préparé, là nous passons la nuit sans manger. Cette situation est insupportable surtout pour nos enfants,” insiste-t-il.

La majorité des familles déplacés de Kinyandonyi et Ngwenda sont cantonnés dans les enceintes de l’église catholique de Kiwanja/Buturande. Ils ont difficile à regagner leurs villages (zone théâtre des combats) et où la situation sécuritaire reste volatile

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.