0 4 minutes 10 mois

Mme Natasha Nadazdin, Directrice adjointe du PAM en RDC, a déclaré ce jeudi 28 septembre, que le Projet de résilience communautaire a créé un modèle, que les agences onusiennes vont essayer de répéter avec d’autres financements.

Elle l’a dit à l’issue de la tournée effectuée par une délégation du Gouvernement allemand, dans différents sites où est exécuté ce projet dans la plaine de la Ruzizi au Sud-Kivu , avec le financement du BMZ, à travers la banque KFW.

Le programme conjoint qu’on a réalisé ici au Sud-Kivu, et qui est dans sa phase finale, fonctionne vraiment très bien pour les communautés. Je me rends compte que les communautés bénéficient d’une manière assez pérenne, et j’espère qu’après la fin de ce projet, ils vont rester avec la capacité qu’ils ont gagné pendant la réalisation du projet, mais aussi les infrastructures qu’on a réalisé ensemble avec les communautés” a-t-elle déclaré à la fin de la visite.

Ce projet est exécuté depuis 2020 par le PAM, la FAO et l’UNICEF. Mme Natasha Nadazdin salue une «forte complémentarité» qu’il y a entre le travail de chaque organisation.

Chaque agence a ses avantages et ses capacités spécifiques. Donc nos réalisations se renforcent entre elles, parce que l’UNICEF s’occupe de l’assainissement, de la santé et de la nutrition, de l’autre côté le PAM s’occupe d’amener les vivres là où il y a manque, et des cantines scolaires, renforce certaines capacités et forme des organisations paysannes, et il y a la FAO qui investit dans la production agricole, amène des semences et des intrants. Donc tout ça ensemble, ça démontre une grande complémentarité,” explique notre source.

Et d’insister : « Ce qui m’inspire dans ce programme, c’est le fait que les communautés gagnent plus d’indépendance, plus d’autosuffisance. Et c’est exactement ce qu’on aimerait voir, dans tous nos programmes de résilience ».

Mme Natasha salue le fait que les résultats de ce programme vont durer dans le temps.

J’aimerais dire à la fin que ce programme a créé un modèle, qu’on essaie de répéter avec d’autres financements. Parce qu’on voit réellement des résultats qui vont durer dans le temps,” a-t-elle fait savoir.

Signalons que le projet de résilience communautaire est exécuté au Sud-Kivu depuis 2020. L’UNICEF intervient notamment dans le domaine d’eau, hygiène et assainissement, ainsi que l’appui à la formation professionnelle des jeunes, et la formation des enseignants.

De sa part, la FAO appuie la mise en place des jardins scolaires, ainsi que des organisations paysannes formées en agriculture, et dotées de semences et intrants. Et le PAM appuie des cantines scolaires, l’approvisionnement en vivres et la construction de certaines infrastructures.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.