0 3 minutes 5 mois

Plusieurs enfants déplacés abandonnent du jour le jour l’école suite à la précarité dans laquelle ils vivent au site de Kimanga, situé dans le territoire de Fizi au Sud-Kivu.

Lors d’un entretien avec Watoto News, certains enfants affirment que bien que l’école primaire située près de ce camp est gratuite, nombreux sont les enfants qui n’y vont plus suite à la famine notamment.

« Le nombre d’élève ne cesse de baisser chaque jour dans notre école. C’est parce que certains quand ils n’ont pas mangé, ils manquent de force et restent chez eux. D’autres n’ont même pas d’argent pour acheter le savon, et ils ont honte de venir chaque jour avec une uniforme sale, » nous dit Jeannette Faila, élève de 5ème à l’EP Luhongya.

Dans cette école, 95% des apprenants sont des déplacés. La précarité est telle que même de la bouillie chaque jour devrait maintenir nombreux d’entre eux à l’école.

«Nous sommes tous des déplacés. Parfois nous dormons sans rien manger, alors que même la journée on n’a pas mangé Si les personnes de bonne volonté nous donnaient ne fût-ce que de la bouillie, nous allions dire à nos collègues de rentrer étudier, » nous dit Bade Zawadi, une autre élève.

L’année dernière, cette école comptait 415 élèves. Mais aujourd’hui ils ne sont plus que 190. Selon le responsable du Comité des parents, plus de 600 enfants sont présents dans le camp.

«Dans ce camp nous avons plusieurs enfants qui ne se rendent pas à l’école, n’ayant pas mangé chez eux. Nous demandons une assistance en leur faveur. Bien que certains écoliers aient pu être assistés par ARPS, d’autres qui continuent d’arriver chaque jour n’ont pas de fournitures scolaires. Ils ne savent pas comment se rendre à l’école. Ils sont actuellement plus de 600. Certains ont quitté Bibokoboko, Magunga, Mikenge et autres,» affirme le parent Pépé Isungilwa.

Notons que plusieurs autres écoles du territoire de Fizi font face à d’énormes difficultés, liés soit au déplacement de la population suite à l’insécurité, ou aux catastrophes naturelles qui perturbent les activités scolaires.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.