0 4 minutes 5 mois

Une équipe de l’UNICEF en visite en territoire de Walungu a encouragé ce mardi 13 février, les apprenants bénéficiaires du projet de résilience en éducation formelle et non formelle à poursuivre leur formation, pour garantir un meilleur avenir.

Conduite par Mme Lise N’gbanzo, chargée de l’administration au sein de l’UNICEF Bukavu, la délégation a effectué au cours de cette première journée, une descente dans le groupement d’Izege, situé dans le territoire de Walungu. Ici, elle a visité les jeunes et adolescents dans 6 centres de formation du projet.

Lise N’gbanzo a échangé avec les apprenants en couture, coiffure, mécanique et menuiserie, qui constituent la 4e cohorte de jeunes et d’adolescents encadrés dans le cadre de l’éducation non formelle dans cette partie du Sud Kivu.

«Il y a eu un changement car même quand je ne me rend pas au champ, je gagne un peu d’argent dans l’atelier de couture . Même si la formation n’est pas encore terminée , je sais déjà coudre certains modèles en pagne. Et d’ailleurs avec les matériels que nous avons reçus de l’UNICEF pour la formation, j’ai confectionné des vêtements que j’ai vendus. Avec l’argent que je gagne, je sais répondre à mes besoins personnels», confie Nzigire Agnès, une apprenante en couture, à madame Lise.

L’occasion pour la chargée de l’administration de l’UNICEF de les encourager à poursuivre sans relâche leurs apprentissages.

« Je ne peux que vous encourager à être dynamiques dans cet apprentissage, car cela vous permettra de vous lancer et de créer vos propres entreprises demain, afin de devenir indépendants. Je vous exhorte donc à faire preuve d’application, de présence et de réussite pour le futur », déclare Lise en termes de recommandation.

Dans le même temps, elle a rendu visite à quelques anciens bénéficiaires qui travaillent maintenant à domicile.

« J’ai déjà progressé dans mon travail de menuiserie, cela fait maintenant 3 ans depuis que j’ai terminé ma formation. En plus de travailler, je suis également devenu formateur pour d’autres personnes. Cette année, l’UNICEF m’a confié des jeunes que je suis en train de former en menuiserie, et grâce à ces bénéficiaires, j’ai gagné de l’argent. J’ai l’ambition l’année prochaine d’ouvrir une activité également pour ma femme, grâce aux bénéfices de ce métier », confie également Kulimushi Blaise à Lise, tout en présentant sa demande d’aide pour l’acquisition de matériel performant.

Rappelons que ce projet de résilience en éducation non formelle vise à améliorer le développement socio-économique des jeunes et des adolescents vulnérables qui n’ont pas suivi un cursus scolaire normal, en leur apprenant un métier pour favoriser leur autonomisation. Il est financé par l’UNICEF sur fonds de la BMZ.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.