0 3 minutes 6 mois

Aimerance Muderhwa est une jeune adolescente, bénéficiaire d’une formation professionnelle en restauration à Miti, qui rêve d’ouvrir son propre restaurant après son parcours, dans le territoire de Kabare au Sud-Kivu.

Comme beaucoup d’autres jeunes de cette agglomération, Aimerance a dû arrêter ses études en 4ème primaire, par manque de moyens financiers de ses parents. Mais elle n’a pas renoncé à son rêve de devenir restauratrice.

Depuis trois mois, elle suit cette formation professionnelle, dans le cadre du projet de résilience en éducation non formelle, appuyé par l’UNICEF, en faveur des jeunes adolescents en dehors du circuit scolaire.

Ce projet vise à offrir à ces jeunes une opportunité d’apprentissage et de réinsertion socio-économique, en leur donnant des compétences adaptées au marché du travail local.

J’ai choisi cette filière parce qu’il y a beaucoup de restaurants ici où on ne sait pas préparer. Les trois mois que nous avons déjà ici nous avons appris beaucoup de choses. Après la formation qui va prendre 10 mois, je vais ouvrir mon restaurant parce que je saurais déjà bien préparer,” confie Aimerance.

Ces formations en différentes filières, comprennent des cours théoriques et pratiques, dispensés par des formateurs qualifiés, dans des centres équipés de matériel didactique et pédagogique. Les apprenants sont également dotés de kits d’apprentissage, et de kits de réinsertion à l’issue de la formation.

Aimerance fait partie des plus de 300 jeunes qui bénéficient des formations cette année dans les centres de Bukavu et Kabare, alors que d’autres sont formés en territoires de Walungu, Mwenga et dans la plaine de la Ruzizi à Uvira.

Les 3 dernières années, ce projet a permis de renforcer la résilience d’un peu plus de 3.300 jeunes, face aux multiples défis qu’ils rencontrent, en leur donnant des compétences utiles pour leur insertion socio-économique.

Le projet contribue également à la prévention de la violence, du recrutement par les groupes armés, du mariage précoce et des grossesses non désirées, en offrant aux jeunes des alternatives positives et des espaces de protection.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.