0 2 minutes 1 mois

En marge de la Journée mondiale de l’enfant africain, les enfants du Sud-Kivu ont adressé ce mardi 18 juin une note de plaidoyer aux autorités, soulignant l’urgence d’une éducation de qualité, et accessible à tous les enfants.

Leur plaidoyer a été fait lors d’une cérémonie organisée par la Division provinciale du Genre, Famille et Enfant, en collaboration avec la Mairie de Bukavu, en marge de la journée mondiale de l’enfant africain célébrée le 16 juin de chaque année.

A en croire les enfants du Sud-Kivu, le thème de cette année, “L’Éducation pour tous les enfants en Afrique : l’heure est venue”, résonne comme un appel à la prise de conscience des défis éducatifs auxquels ils sont confrontés.

Ces derniers affirment que de nombreux enfants font face à des obstacles majeurs dans leur quête d’éducation au Sud-Kivu, notamment les catastrophes naturelles, les conflits armés et le manque d’infrastructures adéquates.

Chaque enfant mérite de pouvoir aller à l’école, d’apprendre et de grandir dans un environnement sain et joyeux,” rappellent-ils dans ce plaidoyer.

En outre, bien que la gratuité de l’enseignement primaire ait ouvert les portes des écoles à de nombreux enfants, elle a également engendré des problèmes tels que la surpopulation des classes et le manque de motivation des enseignants, expliquent ces enfants.

“Tout cela a un impact négatif sur la qualité de l’enseignement,” déclarent-ils.

Les enfants ainsi appellent à des actions concrètes : améliorer les conditions d’apprentissage, offrir une formation continue aux enseignants, garantir une éducation inclusive et soutenir les enfants victimes de catastrophes naturelles.

Ils insistent également sur la nécessité d’une bonne rémunération pour les enseignants et la fin des conflits armés qui perturbent la scolarité.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.