0 3 minutes 1 mois

La malnutrition chez les enfants reste un problème préoccupant dans la ville de Bukavu, au Sud-Kivu. Dans la commune de Bagira, au centre de santé Uhaki de Burhiba, des familles arrivent dans cette structure avec leurs enfants affaiblis par la malnutrition.

Ces enfants sont souvent dans un état critique, souffrant de carences nutritionnelles sévères qui compromettent leur santé et leur survie.

Pour comprendre davantage la routine quotidienne du centre de santé Uhaki dans la prise en charge des enfants malnutris, un Reporter de Watoto News a rencontré Nshobole Kajibwami, la nutritionniste de cette structure sanitaire.

Celle-ci renseigne que grâce à l’expertise des médecins, infirmières et nutritionnistes du centre, ces enfants reçoivent une prise en charge médicale complète et adaptée à leurs besoins spécifiques.

” Parmi les types de malanutrition, il y a la malnutrition aigue sévère avec complication et sans complication, la malnutrition modérée. Ici à Uhaki, nous accompagnons les enfants souffrant de la malnutrition aigue sévère sans complication. La prise en charge est faite à l’unité nutritionnelle thérapeutique ambulatoire (UNTA), c’est à dire que l’enfant bénéficie d’un programme bien établi par le nutritionniste. Dans cette marche, l’enfant reçoit des plympynuts selon son poids,” affirme la nutritionniste Nshobole.

Celle-ci précise qu’avec la malnutrition aigue sévère avec complication, l’UNTA se réfère à l’unité nutritionnelle thérapeutique intensive(UNTI) qui se trouve à l’hôpital et non au centre de santé. Car dit-elle, l’enfant doit être interné pour des soins.

Des défis multiples

“Nous accompagnons les enfants compris entre 6 mois et 59 mois. Lors que nous leur donnons des aliments thérapeutiques, pour qu’ils se ressaisissent, parfois ce sont les parents ou grands frères de l’enfant qui en consomment. Alors le rétablissement de l’enfant prend beaucoup de temps, car augmenter de poids devient difficile. De l’autre côté, certains parents ne respectent pas le programme établi pour venir prendre les médicaments ou les aliments thérapeutiques des enfants. C’est pourquoi nous avons impliqué les relais communautaires dans la surveillance de ces enfants malnutris dans leurs communautés respectives,” fait savoir notre source.

Le processus de traitement des enfants malnutris au centre hospitalier Uhaki de Burhiba est ambulatoire. Pendant ce temps, les relais communautaires travaillent en étroite collaboration avec les parents pour les former aux bonnes pratiques en matière d’alimentation pour éliminer la malnutrition dans la communauté et garantir une bonne croissance de leurs enfants.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.