0 3 minutes 1 mois

Dans le monde, plus de 500 millions d’enfants vivent dans des zones où le risque d’inondation est extrêmement élevé et près de 160 millions de personnes vivent dans des régions touchées par une sécheresse sévère, selon le nouveau rapport de Hälsa International du Togo.

Cette structure indique que les effets grandissants du changement climatique aggravent également les risques pour les enfants les plus défavorisés. D’où l’urgence d’agir face à cette situation qui doit être une priorité.

“C’est maintenant que nous devons agir. Car, à moins de réaliser des avancées rapides d’ici 2030 : près de 70 millions d’enfants risquent de mourir avant leur cinquième anniversaire, dont 3.6 millions pour la seule année 2030 qui est la date butoir des objectifs de développement durable. Et 69 millions d’enfants de moins de 5 ans décèderont entre 2016 et 2030 ” , lit-on dans ce rapport exploité par Watoto News.

Dans ce document, Hälsa International renseigne que plus de 60 millions d’enfants en âge d’aller à l’école primaire ne seront pas scolarisés, soit environ le même chiffre qu’actuellement. Environ 750 millions de filles auront été mariées avant l’âge adulte, soit trois quarts d’un milliard de filles mariées.

“Malgré tous les progrès et les prises en compte de l’enfant et de ses droits, la situation des enfants reste critique dans de nombreux pays du monde et beaucoup de combats restent à mener pour que tous les droits de l’enfant soient respectés et appliqués, quel que soit l’enfant, son lieu de vie et ses conditions d’existence. Certains enfants sont ainsi victimes du chômage, de l’absence de logement, de la violence, ou d’autres types d’exploitations ou d’atteintes à la dignité “, fait savoir Hälsa International.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.