0 3 minutes 2 mois

Le foyer Ek’ABana dit avoir mis en place le projet “Pastorale d’Intégration d’Inclusion et d’Appartenance” (PIIA), dans l’objectif d’encadrer les enfants vivant avec différents types de handicap, notamment mental, physique, des retardés mentaux, les épileptiques et autres.

Révélation faite lors d’un entretien accordé à Watoto News par Héritier Saido, chargé de communication et média au sein du foyer Ek’Abana, ce jeudi 30 mai.

Celui-ci explique que ce projet s’élargit au-delà du foyer Ek’ABana, car il est exécuté dans des centres ou espaces communautaires des milieux ruraux où les enfants ayant un handicap sont encadrés.

Nous avons remarqué que cette catégorie d’enfants avec un handicap est marginalisée dans la société. Nous les encadrons pour qu’ils s’améliorent et puissent être utiles à la société. Il y a un enfant qui a 5 ans mais il agit comme un enfant de 2 ans. C’est un retardé, mais nous faisons de notre mieux pour qu’il se sente bien entouré et en sécurité et le former,” déclare Héritier.

Et d’ajouter :

Au-delà d’encadrer les enfants accusés de sorcellerie, nous encadrons les enfants en vulnérabilité, ou en manque de moyens. Ça arrive de fois que la famille abandonne les enfants et nous, on les récupère. Ek’Abana devient comme leur foyer normal,” explique-t-il.

Des activités pour la detraumatisation des enfants

Lors de cet entretien, Héritier Saido explique qu’en plus des activités de routine, les enfants encadrés sont initiés aux métiers et à la parole de Dieu.

Nous avons des activités de routine, les internés font le cours comme d’habitude. Quand ils rentrent, ils font l’angélus qui est un moment des prières car Ek’Abana est une institution de l’église catholique. Après, les enfants vont poursuivre avec les activités ménagères car ces derniers doivent savoir cuisiner, torchoner, lessiver, et autres. Également, il y a des activités culturelles dont les jeux didactiques, les danses traditionnelles, les théâtres. Et les activités de la catéchèse pour amener l’enfant à comprendre que tout ce qu’il est c’est la volonté de Dieu, et se prépare au sacrement,” explique notre source.

Il sied de préciser que le foyer Ek’Abana a été créé en 2002 par Natalina Isella pour encadrer les enfants accusés de sorcellerie, et ceux qui se trouvent en état de vulnérabilité.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.