0 3 minutes 3 mois

Le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) au Sud-Kivu, appelle la population à adopter un comportement responsable, afin de protéger notamment les enfants contre cette maladie.

Ce message a été lancé ce jeudi 25 avril, à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le paludisme.

Dans un entretien avec Watoto News, ce programme dit vouloir réaliser l’objectif de l’éradication totale du paludisme d’ici 2030.

«Pour cette journée mondiale de lutte contre le paludisme, nous appelons la population à adopter un comportement favorable. Cela revient à dire dormir sous une moustiquaire imprégnée d’insecticide, cela dans toutes les familles, que les mamans enceintes fréquentent au moins quatre fois leurs consultations prénatales parce que là au moins on sera rassuré de leur protection contre le paludisme, et en même temps elle protège l’enfant car le paludisme a des effets néfastes sur le fœtus,» a conseillé le Dr Guillain Mbavu, assistant au PNLP.

De sa part, le Coordonnateur adjoint du PNLP au Sud-Kivu, Dr Kudusi Watunda rappelle que pour l’année 2024, une nouvelle stratégie sera intégrée dans la stratégie nationale de lutte contre le paludisme. Il s’agit selon lui de la vaccination, qui est l’une des stratégies préventives, et qui sera intégrée dans la vaccination de routine des enfants de 0 à 5 ans.

« Nous allons intégrer le vaccin contre le paludisme pour l’année 2024 si tout va bien, c’est une stratégie qui vient s’ajouter dans les stratégies préventives existantes, comme la distribution de moustiquaires chez les femmes enceintes et enfants de moins d’une année s’ajoute la vaccination anti paludisme. L’idéal serait la vaccination de masse mais faute de moyen, le partenaire étant aussi limité, cette vaccination concernera surtout les enfants de 0 à 5ans,» a-t-il indiqué.

A l’occasion de cette journée, Aksanti Arsène, élève au collège Alfajiri et membre du RJAE Junior, résume son message en un appel à la prévention qu’à la guérison.

« En cette journée internationale de lutte contre le paludisme, mon message aux autres jeunes est d’éviter la pollution des eaux en y jetant des déchets mais également éviter des eaux stagnantes car tout cela favorise les moustiques, mais également, toujours utiliser les moustiquaires imprégnées d’insecticide. Mieux vaut prévenir que guérir,» insiste-t-il.

Rappelons que le Sud-Kivu fait partie des six provinces qui présentent un taux de morbidité inquiétant, qui est en hausse depuis 2021, passant de 1.436.492 de cas en 2021 à 1.643.553 en 2023. Les décès dont tout de même passés de 992 en 2022 à 796 en 2023.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.