0 3 minutes 4 mois

La ville de Bukavu est actuellement confrontée à un défi croissant : le phénomène des enfants de la rue. Ces jeunes, visibles dans des lieux publics tels que Feu rouge et la place Munzihirwa, mènent une existence précaire, oscillant entre la mendicité le jour et des actes de délinquance la nuit.

Cette situation, qui a déjà causé de nombreuses victimes, suscite l’inquiétude de la société civile et appelle à une action urgente des autorités.

Les enfants concernés, âgés de 13 à 18 ans, se retrouvent dans la rue pour diverses raisons, allant des accusations de sorcellerie à l’abandon familial. Cette réalité complexe nécessite une approche nuancée et empathique pour trouver des solutions durables.

Face à cette situation, la Société Civile interpelle les parents, leur rappelant leur rôle essentiel dans l’éducation et la protection de leurs enfants. Elle souligne également l’importance de l’implication des divisions des affaires sociales et de la jeunesse pour offrir un refuge et une formation à ces jeunes, leur permettant ainsi de subvenir à leurs besoins futurs.

Le maire de Bukavu, Chikuta Karumba Zénon, avec le soutien des services de sécurité, a récemment organisé une opération pour s’attaquer au problème des enfants de la rue. Vendredi dernier, 163 enfants et adultes ont été interpellés. Parmi eux, 93 étaient des enfants de moins de 18 ans, incluant 17 filles et 76 garçons.

Ces enfants ont été placés dans des environnements plus sûrs et plus stables. Les filles ont été dirigées vers le centre de BVES sur la route d’Uvira. Et les garçons ont été accueillis dans un centre à Nguba.

Selon les autorités, cette initiative vise non seulement à réduire l’insécurité urbaine mais aussi à offrir une opportunité de réintégration sociale et de suivi pour ces jeunes.

Les efforts conjoints des autorités, des organisations de la société civile et des services sociaux, sont cruciaux pour assurer un avenir meilleur à ces enfants. En leur fournissant un soutien adapté, l’on espère qu’ils pourront mener une vie normale et responsable.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.