0 3 minutes 4 mois

L’organisation Action des Femmes pour la Protection et la Défense des Vulnérables (AFPDV) a sensibilisé ce vendredi 22 mars, des élèves de l’Institut Lisanga, sur la lutte contre les violences basées sur le genre, dans la ville de Kisangani, province de la Tshopo.

Cette initiative qui entre dans le cadre du projet Voix et Leadership des Femmes (VLF), a permis d’effectuer le monitoring des violations des droits des enfants, en milieu scolaire et familial.

Cette activité rentre dans le cadre de renforcement de la jouissance des droits fondamentaux de la femme et fille et la progression de l’égalité entre les sexes en République démocratique du Congo. Il était capital de sensibiliser les élèves à ce qui concerne les Violences basées sur les genres (VBG) afin de nous permettre à collecter les informations nécessaires auprès de ces derniers,” a circonscrit le cadre de cette activité, Me. Bénédicte Makusi, coordonnatrice de l’AFPDV.

A l’en croire, les cas fréquents des violences basées sur le genre portent notamment sur le viol, le harcèlement sexuel, le mariage précoce, les violences domestiques.

Les enfants, les adolescentes et les femmes de différents groupes ethniques et classes sociales sont victimes de différentes formes de discrimination et des violences basées sur le Genre. Les inégalités du genre, le manque de pouvoir de décision ainsi que la situation économique et l’accès à l’éducation des filles et femmes, les rendent plus vulnérables face aux violences basées sur le Genre“, a-t-elle renchéri.

Selon Bénédicte Makusi, le conflit intercommunautaire dans la province de la Tshopo est l’une des causes ayant augmenté les cas des VBG.

Il sied de noter qu’une autre séance de monitoring sur la même thématique a déjà été organisée par l’ONG Action des Femmes pour la Protection et la Défense des Vulnérables (AFPDV) dans les différents camps des déplacés internes du conflit intercommunautaire Mbole-Lengola respectivement au site de Konga Konga dans la commune Kisangani, à la paroisse Saint Gabriel de Simi-Simi de la commune Makiso et dans quelques écoles de la ville de Kisangani.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.