0 3 minutes 5 mois

L’UNICEF et le PAM appellent à une action immédiate pour protéger les enfants et les familles pris dans l’escalade de la violence dans l’Est de la RDC, où un nombre croissant de personnes, dont des enfants, ont été blessées ou tuées à proximité des camps de déplacés au Nord-Kivu, des suites de la guerre du M23.

Dans un communiqué de presse consulté par Watoto News, les deux agences onusiennes appellent toutes les parties au conflit à donner la priorité à la protection des civils et à permettre aux agences humanitaires de faire leur travail.

« Les enfants de la RDC ont besoin de paix maintenant. Nous appelons à ce que les enfants soient protégés dans cette guerre et à mettre fin à cette violence grâce à des efforts renouvelés pour trouver une solution diplomatique. Nous sommes extrêmement préoccupés par la sécurité des enfants et de leurs familles dans et autour des camps de Goma,» a déclaré Grant Leaity, représentant de l’UNICEF en RDC.

Notons que ces dernières semaines, plus de 214.000 personnes supplémentaires ont rejoint les 500 000 personnes déjà déplacées vers les zones autour de Goma. Par ailleurs, des dizaines de milliers d’autres personnes se sont déplacées vers Minova, au Sud-Kivu, selon les humanitaires.

Le PAM lance un appel de 300 millions de dollars pour les 6 prochains mois. Avec une rupture urgente de ressources à partir de mars, l’agence a besoin immédiatement de 78 millions de dollars pour combler ce déficit et poursuivre ses opérations.

Pour les 6 prochains mois, l’UNICEF recherche 400 millions de dollars pour son intervention d’urgence dans l’est de la RDC, avec un besoin immédiat de 96 millions de dollars. Les priorités urgentes suite à cet afflux récent de personnes comprennent le déploiement de cliniques mobiles pour fournir des soins médicaux d’urgence et des services de nutrition dans et autour des camps.

Maïs aussi le renforcement du confinement et de la prévention du choléra, la distribution d’articles non alimentaires, l’augmentation du transport d’eau par camion, ainsi que la prise en charge des enfants non accompagnés et leur regroupement avec leurs familles.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.