0 3 minutes 8 mois

Plus de 27.000 femmes et enfants déplacés de la guerre du M23, ont besoin d’assistance en vivres et non vivres au camp de Bulengo, à l’Ouest de la ville de Goma au Nord-Kivu.

Lors d’une descente effectuée ce mercredi 15 novembre par un reporter de Watoto News dans ce camp, des femmes et enfants disent passer des nuits sans rien manger.

Nous ne vivons ici que de l’assistance, parce que nous n’avons pas le moyen de nous prendre en charge. Mais depuis un temps nous ne recevons que la farine de blé. Nous ne savons pas comment donner ça aux enfants sans légumes. Que les autorités et les humanitaires nous viennent en aide,” déclare Henriette, mère de 5 enfants.

Henriette est originaire du territoire de Masisi. Elle est arrivée au Camp de Bulengo depuis février dernier. “Certains jours, nous passons la nuit sans rien manger. Et les enfants ne vont pas à l’école. C’est vraiment un calvaire que nous vivons ici,” insiste-t-elle.

Contacté par Watoto News, le Bureau de Coordination humanitaire (OCHA) dans la ville de Goma, précise qu’entre 30 et 50 ménages de nouveaux déplacés arrivent chaque jour dans ce site. C’est suite à la poursuite des hostilités entre l’armée et les combattants Wazalendo, contre les rebelles du M23.

“Les nouveaux déplacés n’ont pas d’abris. Ils n’ont pas non plus de quoi manger. Certaines organisations se sont mobilisées mais l’assistance est jusqu’ici insuffisante. Nous les appelons à redoubler d’efforts,” déclare Mme Kanyere Kambere, relais communautaire dans ce camp.

Jusque ce jeudi 16 novembre, le camp de déplacés de Bulengo compte 9.007 ménages, soit environ 45.000 personnes déplacés. Les femmes et les enfants constituent 60% de ce nombre, soit 27.000, confie OCHA.

Selon le CICR, depuis la reprise des affrontements entre les Forces Armées de la RDC et les Wazalendo contre le M23 en octobre dernier, plus de 450.000 personnes supplémentaires se sont déplacées vers différentes entités de Rutshuru, Masisi et Nyiragongo, ainsi que vers Goma au Nord-Kivu. A ce jour, le total de déplacés atteint le record de 6,9 millions dans le pays.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.