0 5 minutes 2 mois

Ce 01 juin 2024, marque le lancement officiel de l’association Mwanamuke Shujaa à Bukavu au Sud-Kivu. Une association sans but lucratif centrée sur l’autonomisation et l’encadrement des jeunes dans les métiers pour lutter contre le chômage.

A l’occasion, une conférence a été organisée dans la salle de l’INPP Bukavu sous le thème « Quid de l’autonomisation de la femme et jeunes en République Démocratique du Congo». Une opportunité d’inviter chacun à s’investir dans l’entrepreneuriat pour le développement durable du pays.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre en charge de l’éducation provinciale, David Mubalama, note son engagement dans l’accompagnement de l’initiative Mwanamuke Shujaa car, pour lui, l’idée vient concrétiser le projet du président de la République Félix Tshisekedi dans l’autonomisation des femmes et jeunes.

“Suite à la demande de partenariat m’adressée dans le cadre d’une collaboration étroite dans la réalisation de vos projets et programmes, en qualité de ministre de l’éducation, je confirme mon soutien et accompagnement à l’initiative de Mwanamuke Shujaa,” a-t-il déclaré.

Au cours de cette activité, des échanges entre participants et intervenants ont tourné autour des défis et le bien-fondé d’entreprendre. Pour certains, les difficultés résident au niveau où c’est le gouvernement qui exige des taxes aux jeunes entrepreneurs pourtant censé promouvoir leurs activités.

Pour d’autres, ce sont les limites que se fixent les femmes et jeunes avant et pendant qu’ils entreprennent déjà.

Madame Nall Limba, coordinatrice de CEO AgriTech, ayant intervenue sur les conflits, l’autonomisation dans le contexte de crise, est revenue sur les barrières qui freinent l’essor de la gente féminine.

” Les femmes ont beaucoup d’interdits. Elles travaillent beaucoup mais les mérites ne reviennent pas à la femme. On a grandi dans une société où la priorité pour étudier était réservée aux hommes. C’est pourquoi au début , elles étaient majoritairement analphabètes. Les femmes sont également confrontées à la persistance des violences basées sur les genres notamment les violences sexuelles. Mais déjà, sont les hommes qui ont intériorisé cette circonstance et ont fait savoir que la femme est capable “, précise Nall Limba.

Et d’interpeller :

” Pour les femmes et les jeunes filles qui sont ici. Je vous appelle une fois vous entrez dans le parti politique, soyez dans ceux-là qui prennent des décisions. Vous n’allez pas imposer mais mettre des lois aussi qui sont à votre bénéfice qui cadre avec vos propres intérêts et non être là en train d’exécuter les décisions de l’autre,” a-t-elle indiqué.

Jack Baguma, chargé de programmes de Mwanamuke Shujaa, insiste sur le leadership transformationnel dans l’autonomisation de la femme. Celui-ci a expliqué aux participants, la différence entre un leader et un manager.

“Les leaders ont une vision, ils opèrent le changement en prenant des risques. Les leaders veulent apprendre, acceptent des conseils et ont des fans. Tandis que les managers ont des objectifs, ils gèrent le changement, contrôlent les risques, s’appuyent sur les acquis et ils ont des employés,” a déclaré le chargé des programmes.

Dans le processus d’autonomisation, Jacques Baguma suggère aux femmes entrepreneures d’avoir la casquette d’un leader pour plus d’impacts.

Pourquoi Mwanamuke Shujaa

A en croire la coordinatrice Déborah Mubalama Merveille, Mwanamuke Shujaa est une organisation locale des femmes et jeunes qui cherche à implanter chez eux l’esprit d’autonomisation et les encadrer dans la formation professionnelle et métier afin de revoir à la baisse le taux de chômage.

Celle-ci rajoute que Mwanamuke Shujaa s’inscrit dans le souci de vouloir incarner un esprit de travail au sein des femmes et jeunes, tout en formant une génération future sur son autonomisation afin de contribuer au développement de la communauté.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.