0 3 minutes 2 mois

A 12 ans, Germain Iragi vend des beignets pour payer ses fournitures scolaires l’an prochain. Lors d’un entretien avec un reporter de Watoto News, celui-ci affirme que grâce à cette occupation, il assure également certains besoins secondaires.

Alors que l’année scolaire n’est pas encore terminée, Germain s’est fixé un objectif ultime : celui de s’assurer une meilleure rentrée scolaire début septembre prochain.

Ce jeune homme circule dans des marchés, lieux publics et sur les artères principales des routes pour tanter de trouver des clients.

“Aujourd’hui, j’encaisse quelques moyens après avoir vendu les beignets pour me payer les souliers ou une chemise. J’économise aussi de l’argent pour que je me paye les fournitures scolaires l’année prochaine,” déclare-t-il.

Issu d’une famille vulnérable, Germain affirme que ses deux parents n’ont pas de travail. Celui-ci s’est lancé dans la vente des beignets, sans se soucier des préjugés.

“J’étudiais en 8ième année à l’institut Saint Joseph de Kavumu. Mes deux parents sont au chômage. Ils ne font rien. Quand on m’a demandé à l’école les frais pour passer le Test National de Sélection et d’Orientation Scolaire et Professionnelle (TENASOSP, j’ai été obligé d’abandonner les études vu que mes parents n’étaient pas dans la capacité de trouver le montant demandé. Ma grande soeur faisait aussi la 4ième année. Elle a abandonné. Moi et mon petit, nous sommes restés à la maison. Arrivé à Bukavu, un ami m’a interressé sur la vente des beignets. C’est comme ça que j’étais intéressé et commencé la vente des beignets pour un propriétaire. Je passe la nuit chez mon ami après avoir fini le rodage le soir,” a-t-il confié.

Aujourd’hui, Germain ne compte que sur lui-même pour sa scolarité. De nombreux enfants comme lui, dans la ville de Bukavu, n’ont pas accès à l’éducation faute d’insuffisance de moyens par leurs parents, de payer leurs frais scolaires.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.