0 4 minutes 3 mois

C’est à travers une campagne médiatique de plaidoyer en faveur des enfants en situation de déplacement du fait de la guerre du M23, que le comité d’enfant du Rjae-Junior a décidé de commémorer la journée dédiée à la liberté de la presse. Premier canal pour passer leur message, la Radio Okapi au vu de sa portée nationale et son audience.

Invités du journal, une délégation de ces enfants journalistes du RJAE-Junior, composée de Martine Kasongo, Natasha Binti Shabani et Prosper Byumanine ont notamment plaidé d’abord pour la fin de la guerre, ensuite la scolarisation et amélioration de la situation des enfants déplacés de guerre du M23 qui se trouvent dans des camps de déplacés et famille d’accueil en territoire de Kalehe, dont Minova au Sud-Kivu voisin.

Nous avons remarqué que les enfants déplacés à Kalehe à cause de la guerre au Nord-Kivu souffrent tellement. Et d’autres se sont déplacés vers Goma ou d’autres territoires. Mais ils vivent très mal. Ils ne sont pas scolarisés, ils manquent souvent de quoi manger. Le Gouvernement doit les assister, même les organisations humanitaires, et la population de Kalehe qui est proche d’eux,” déclare Natasha Binti Shabani, 12 ans.

Pour Prosper Byumanine, 14 ans, plusieurs droits des enfants déplacés à Kalehe ne sont pas respectés, en violation de la Convention relative aux droits de l’enfant (CDE), ainsi que la loi portant protection de l’enfant en RDC.

La guerre est une mauvaise chose parce que ça prive aux enfants l’accès aux cours. Certains enfants ont même vu leurs parents mourrir lors des attaques des ennemis. Leur déplacement est une mauvaise chose. L’article 33 et l’article 38 de la CDE disent que les enfants doivent être protégés,” Explique-t-il.

Dans cette interview, Martine Kasongo, 14 ans, plaide non seulement pour la scolarisation des enfants déplacés de Kalehe, mais également la prise en charge de leur alimentation et leurs soins de santé par le Gouvernement et les humanitaires.

“Le Gouvernement doit soutenir ces enfants. Il doit leur donner de quoi manger et se vêtir. Mais aussi renforcer nos forces armées. Parce que la guerre doit cesser,” plaide-t-elle.

A l’occasion de la journée mondiale de la presse, ces enfants du RJAE Junior appellent les journalistes de la RDC et du monde entier à orienter leurs caméras et plumes sur la situation des enfants deplacés à kalehe pour interpeller l’opinion.

Nous sommes des enfants journalistes, et avec l’école, nous ne pouvons pas aller là-bas. Mais que nos aînés, au nom de la liberté de la presse, se rendent là et fassent des reportages sur la situation grave que traversent ces enfants à cause de la guerre du M23,” martèle hors micro, Martine Kasongo.

Signalons qu’il s’agit du début d’une campagne mediatique que ces enfants comptent intensifier dans d’autres médias locaux, nationaux, même internationaux grace à l’accompagnement de leurs aînés du Réseau des journalistes amis de l’enfant.

Le RJAE-Junior est un groupe d’enfants journalistes rattachés au RJAE et qui font la promotion des droits d’autres enfants. Pour ce plaidoyer à Radio Okapi, les juniors étaient accompagnés par leurs encadreurs Emmanuella Bahindwa et Museza Cikuru.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.