0 5 minutes 7 mois

Plus de 5 millions de personnes âgées d’un an et plus, vont être vaccinées contre le choléra dans 15 zones de santé de 4 provinces de la RDC, notamment le Haut-Katanga, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu et le Tanganyika.

Dans un communiqué rendu public ce mercredi 13 décembre, l’OMS précise que cette vaccination entre dans le cadre d’une vaste campagne organisée par les autorités sanitaires, avec le soutien de Gavi et de l’UNICEF.

Le choléra est une infection diarrhéique aiguë dont la forme grave se caractérise par une diarrhée aqueuse extrême entrainant rapidement une déshydratation potentiellement mortelle. L’infection est provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae.

Bien qu’il puisse être traité facilement à l’aide de sels de réhydratation orale, le choléra demeure une menace à l’échelle mondiale, notamment pour les enfants, en raison de sa morbidité et de sa mortalité élevées chez les populations surtout celles vulnérables ayant un accès insuffisant à des soins de santé adéquats.

«Le lancement de cette campagne de masse contre le choléra avec l’utilisation du vaccin oral dans les provinces ciblées contribuera à protéger un nombre important de personnes en situation de vulnérabilité et, est aussi crucial pour éviter une propagation ultérieure de la maladie à d’autres zones fragiles et exposées. Le soutien des partenaires comme Gavi et le Groupe international de coordination (ICG) méritent d’être salué et apprécié car ayant rendu possible la fourniture de plus de 5 millions des doses de vaccins à la RDC », a déclaré le Dr Boureima Hama Sambo, Représentant de l’OMS en RDC.

Selon le Dr Sambo, les vaccins oraux contre le choléra ont prouvé leur efficacité pour prévenir et réduire la propagation de cette maladie infectieuse.

«C’est une composante majeure de la riposte pour sauver de nombreuses vies, sans oublier que l’eau potable dont a besoin la population ainsi que le respect des mesures d’hygiène sont des éléments plus que vitaux, pour se protéger du risque élevé de contracter le choléra,» a-t-il indiqué.

Cette campagne de cinq jours est soutenue sur le terrain par plus de 8 000 agents de la vaccination, 1 836 superviseurs de proximité et 1 925 mobilisateurs sociaux répartis dans les zones de santé de Binza, Birambizo, Goma, Karisimbi, Kirotshe, Mweso, Nyiragongo, Rutshuru (Nord-Kivu), Fizi, Mulungu, Shabunda, Uvira (Sud-Kivu), Kalemie, Nyemba (Tanganyika) et Pweto (Haut-Katanga).

Depuis le début de l’année en cours, plus de 48.280 cas présumés de choléra dont 421 décès ont été enregistrés en RDC jusqu’à la date du 03 décembre 2023 (semaine épidémiologique 48).

Le Nord-Kivu, l’une des six provinces où l’OMS a activé une mise à l’échelle décidée par l’ONU pour l’intensification de ses opérations d’urgence, a notifié à lui seul environ 62% des cas de choléra du pays, dans un contexte de déplacements massifs de la population et de la faible couverture en eau potable et en latrines hygiéniques, particulièrement dans les camps des déplacés internes autour de Goma, chef-lieu provincial.

L’OMS et ses partenaires ont déployé des intervenants dans les zones touchées par le choléra en appui aux autorités pour renforcer la surveillance et les interventions WASH (eau, assainissement et hygiène), tout en livrant des fournitures médicales supplémentaires vitales pour le traitement des patients.

L’OMS soutient également le transport d’échantillons vers les laboratoires pour les tests de confirmation et redouble d’efforts dans la construction des centres de traitement pour garantir qu’un plus grand nombre de personnes vulnérables touchées par le choléra bénéficient des soins de santé de qualité et à temps.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.