0 3 minutes 6 mois

Des enfants de certains coins de la ville de Bukavu au Sud-Kivu, abandonnent le cours pendant cette période de campagne électorale, pour assister aux activités de meeting ou de propagande.

Selon le constat d’un reporter de Watoto News, ces enfants passent toute la journée entrain de marcher avec des effigies ou des calicots des hommes politiques, et les posent sur les murs.

Pour une modique somme d’argent, ces enfants sont donc utilisés, voire exploités par des acteurs politiques.

Un parent rencontré atteste que plusieurs enfants sont ceux qui sèchent les cours et d’autres n’arrivent même plus à l’école.

«Plusieurs enfants en âge scolaire ont déjà abandonné les cours à cause de la campagne électorale. Et d’autres font semblant d’aller à l’école pourtant ils ont leur mission à réaliser pour un candidat. Deux enfants de ma famille, l’un âgé de 10 ans et l’autre 15 ans n’étudient plus. Ils circulent en train de poser les affiches sur les murs du quartier et sur des lieux publics,» renseigne un parent au quartier Cikonyi, en commune de Bagira.

Face à cette situation, la Société Civile de Cikonyi déplore pour la énième fois cette utilisation des enfants mineurs dans la campagne électorale, et appelle les autorités à s’impliquer.

« Ça fait des semaines que nous observons cela dans notre entité et dans certains coins de la ville de Bukavu. Les fameux politiciens ont oublié que ces enfants sont l’avenir de cette nation et qu’ils ont tout intérêt de les protéger. La loi interdit l’exploitation des enfants de moins de 18 ans ; mais cette pratique est faite sous l’œil de l’Etat. L’exploitation des enfants dans cette période sensible de campagne électorale n’est pas à laisser inaperçue,» soutient Cubaka Dieudonné, président de cette structure.

Notons que plusieurs structures ont déjà condamné cette utilisation des enfants dans les activités de campagne électorale, amenant même l’autorité urbaine à prendre une décision interdisant formellement ce comportement. Mais des mesures d’application tardent à suivre.

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.