0 3 minutes 8 mois

Depuis quelques années, le Ministère congolais de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) a mis en place un programme de réformes, visant l’enseignement en langues nationales, au niveau de l’école primaire. Ce samedi 19 novembre, Watoto News a rencontré differents acteurs, qui expliquent l’importance d’enseigner en langues locales, comment se déroule cet apprentissage, et quelle est la perception des élèves au sujet de ce système d’enseignement.

C’est le cas de Asifiwe Kadesi, élève de 6ème primaire, qui affirme qu’elle se sent particulièrement à l’aise lorsqu’elle apprend en langue locale, le Swahili.

Les résultats que j’ai obtenus en Kiswahili prouvent que je suis vraiment apte et intéressée à apprendre en ma langue maternelle. A la première période, j’ai par exemple eu 40 points sur 40, donc 100% dans cette branche,” déclare-t-elle.

Ce programme qui est progressivement mis en œuvre sur l’étendue de la RDC, prévoit que l’une des 4 langues nationales soit la langue d’enseignement, en plus d’être une matière autonome.

Léon Musagi, chef de division chargé des services généraux à la Direction provinciale de l’EPST au Sud-Kivu, affirme que des recherches ont attesté que l’enfant apprend bien la langue étrangère après avoir maîtrisé sa langue.

C’est depuis 2011 qu’on avait constaté après enquêtes, que les enfants sur toute l’étendue de la RDC ne savaient plus ni lire ni écrire. Selon la nouvelle réforme, au degré élémentaire, les enseignements se font uniquement en langues nationales. C’est donc le Swahili ici. Et au degré moyen, on fait déjà 50% langue nationale et 50% langue française. Ce n’est qu’au degré terminal où on renforce beaucoup plus le français. Un enfant qui a de bonnes bases dans sa langue sait bien interpréter,” a-t-il déclaré.

Pour accélérer la mise en œuvre cette réforme, Daniel Namegabe, enseignant, affirme qu’il donne beaucoup plus de devoirs à domicile à ses élèves en Swahili. Il parle d’une adaptation facile , vu qu’il s’agit d’une langue couramment parlée a la maison.

Même réaction de la part de Pascal Ngonga, Directeur de l’EP4 Ibanda a Bukavu, qui affirme également que l’importance de l’enseignement en langues nationales n’est plus à démontrer, sur l’amélioration de l’apprentissage des élèves.

Il appelle le Gouvernement à fournir beaucoup plus de matériels didactiques et manuels scolaires aux écoles, pour que cette réforme soit bien appliquée.

Patient Zihalirwa, Stagiaire CUP à Watoto News

Auteur/autrice

Laisser un commentaire : Que pensez-vous de cet article ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.